Portrait

portraitCapitaine dans l’âme

L’homme de terre a appris de celui de la mer à fixer ses caps et à les maintenir, toujours, quels que soient les distances, les tempêtes ou les gros calmes. En capitaine avisé, il préfère connaître les difficultés pour les résoudre plutôt que les contourner ou passer en force.

Homme d’engagement, de défis, de parole, Jean-François Fountaine trace sa route. Et qui l’aime le suive. Ceux-là sont fidèles, indéfectibles, confiants, conscients que derrière ce regard droit, la tête est bien faite.

Be Sociable, Share!
  • Les années compétition,
    la création du chantier,
    l’épopée
    Charente-Maritime

    JFF & Claire-1975 REC

    JFF en 1981-Figaro REC

    Mitterrand-Crépô-Equipe Char.Mar - OK
    Dans les années 70 il habite en région parisienne. Il a 15 ans quand il met pour la première fois le pied sur un bateau. Cinq ans plus tard le revoilà, en course cette fois, en Equipe de France. Avec Claire.

    C’est à La Rochelle qu’ils trouvent tous deux un terrain de jeu à leur hauteur. C’est aussi là qu’ils lient des amitiés indéfectibles. Aussitôt après les JO de 1976, Ils décident d’y poser leur sac.

    Mains dans le plastique, Jean-François et son équipe construisent des dériveurs 505. Il créé son petit chantier en 1976 avec Yves Pajot. Il a 25 ans. Fountaine-Pajot est né !

    Quatre ans plus tard c’est l’extraordinaire aventure de « Charente-Maritime ». Autour de Jean-François Fountaine et de Pierre Follenfant « se forme un conglomérat d’individus disparates, des marins, des professionnels de la plaisance mais aussi des économistes et des politiques », relate Bertrand Chéret*.

    C’est Jean-François qui pousse les portes. Il perçoit tout l’intérêt économique mais aussi populaire d’un jeu collectif, impliquant un territoire et une population. C’est une première et ça marche !

    Le bateau s’appellera donc « Charente-Maritime » et emmènera une population enthousiaste dans son sillage. Le bord est formé : Jean-François Fountaine, Pierre Follenfant, Bernard Nivelt, Philippe Pallu de la Barrière. En 1982-1983, les « Charente-Maritime » gagnent toutes les courses haut la main. C’est un triomphe à La Rochelle.
  • Le développement
    du chantier

    Aigr.Ronzier-OK

    SCAN Ronzier 1 OK
    Une part de sa tête en mer, l’autre sur son chantier, Jean-François mène de front les grands bords vainqueurs et le développement de son entreprise. Il sent que le marché du multicoque peut être porteur. Après un premier catamaran rapide et léger, Le Louisiane, il entrevoit une nouvelle pratique, celle de bateaux sûrs, confortables, spacieux.

    Un défi de plus, des risques assumés, un travail collectif avec les architectes, chercheurs, ingénieurs, designers…

    C’est ainsi que Fountaine-Pajot est devenu le premier constructeur mondial de catamarans de plaisance. Le chantier emploie aujourd’hui plus de 400 personnes à Aigrefeuille d’Aunis et La Rochelle.

    A La Rochelle, c’est sur la friche industrielle de la SCAN que la société Fountaine-Pajot s’est implantée en 1995 sur proposition de Michel Crépeau.
    La réhabilitation des bâtiments, loués puis achetés par la société, a été réalisée par la Communauté d’Agglomération. Grâce aux aménagements paysagers effectués elle a permis une véritable réappropriation du littoral par les Rochelais pour ce qui est devenue aujourd’hui l’une des balades favorites des habitants. Nombre d’associations aux activités liées à la mer y sont également hébergées.

    En 2009, Jean-François est élu par ses pairs pour dynamiser et porter la filière au niveau national. Il devient Président de la Fédération Nationale des Industries Nautiques.
  • 1995, le début
    des années politiques

    JFF-Bono-Delanoë-Univ.PS-2003-Andia.fr

    Conseil municipal
    Après les années-courses, Michel Crépeau et Philippe Marchand le sollicitent pour entrer dans la vie politique. D’abord conseiller régional, il fait son entrée au conseil municipal de La Rochelle en 1995. Et est naturellement en charge des dossiers maritimes : pêche, commerce, plaisance.

    En 2004, il devient 1er vice-président de la Région Poitou-Charentes aux côtés de Ségolène Royal à qui il propose la création des bourses-tremplin. C’est un succès dans la région avec plus de 14 000 bourses créées. Autre proposition : les contrats régionaux de développement durable. A La Rochelle, ils ont permis la requalification des quartiers de Mireuil, Villeneuve-les-Salines, Saint-Eloi.

    Aujourd’hui Jean-François Fountaine est conseiller municipal de La Rochelle et 2e vice-président de la Communauté d’Agglomération, en charge des finances, du Grand Port Maritime et du port de pêche.

    Après plus de 40 ans de vie professionnelle dans l’entreprise qu’il a créée, il a organisé sa succession chez Fountaine-Pajot afin de se rendre disponible et se consacrer à l’avenir de La Rochelle.

    « …Il possède un sens politique aigu, une vision de la cité et du bien commun rare. Il a le cœur de servir, ce qui est encore plus rare », écrivait Bernard Giraudeau en 2006. Paroles d’un ami acteur-écrivain-réalisateur-navigateur.

    * « Il était une fois La Rochelle » - 2004 – Editions Rupella.